La différence entre l’assurance habitation PNO et MRH pour expatriés et non-résidents

Que vous soyez locataire ou propriétaire d’un bien immobilier, vous êtes dans l’obligation de le protéger de tous les risques qui peuvent survenir. Encore faut-il souscrire l’assurance habitation pour non-résidents et expatriés qui correspond à votre situation. Il existe deux types d’assurance habitation qui ne possèdent pas les mêmes propriétés.

Les assurances habitation

Dans le domaine de l’assurance, on retrouve deux assurances habitation qui proposent une couverture pour les sinistres du quotidien, mais ne protègent cependant pas le même type de logement, ou du moins la façon dont le propriétaire l’utilise.

On distingue l’assurance habitation propriétaire non-occupant (PNO), qui est destinée à couvrir les sinistres qui surviennent dans un logement temporairement laissé vacant et dont vous êtes le propriétaire. 

De plus, si en tant que propriétaire vous décidez d’en faire un investissement locatif, cette assurance est recommandée. L’assurance habitation PNO comprend les garanties essentielles à la protection, en incluant la responsabilité civile du locataire ainsi que la couverture des aménagements extérieurs à l’habitation et de votre mobilier.

Ensuite, il existe l’assurance habitation multirisque (MRH), un contrat qui s’adresse aux propriétaires de résidences principales ou secondaires. Ce contrat est composé des garanties de bases, qui assurent la protection contre les risques du quotidien de nature différente encourus par le souscripteur. Elle protège également le patrimoine familial, si le souscripteur est responsable ou victime d’un sinistre.

Les propriétés des assurances habitation PNO et MRH

Dans le cas où votre habitation est inoccupée, en souscrivant une assurance multirisque traditionnelle vous éviterez de payer les dégâts vous-même. En revanche, s’il s’agit d’un investissement locatif, votre locataire doit obligatoirement souscrire une garantie multirisque habitation (MRH) et vous présenter une attestation à la signature du bail puis à chaque échéance annuelle.

Depuis le 24 mars 2014, la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi ALUR, limite les cas de non-assurance et autorise le propriétaire du logement à souscrire un contrat pour le compte du locataire qui ne fournirait pas l’attestation, ce coût pourra être ensuite répercuté sur les loyers.

L’assurance habitation MRH de l’occupant ne couvre pas tous les dommages causés accidentellement contrairement à l’assurance propriétaire non occupant, qui peut par exemple couvrir un dégât des eaux causé par l’éclatement d’une canalisation.

En effet, quand bien même un contrat multirisque habitation constituerait la couverture la plus complète qui soit pour un logement, il ne peut couvrir les sinistres liés aux dégâts des eaux, à l’incendie et à l’explosion qui nécessitent la souscription à des garanties supplémentaires.

De plus, lors d’un sinistre, la négligence de l’assuré peut jouer en sa défaveur et entraîner une diminution du montant de l’indemnisation, voire son annulation complète. Cela sera le cas si l’assuré a été cambriolé, parce qu’il a oublié de fermer sa porte par exemple.

En théorie, les assurances habitation PNO et MRH possèdent des garanties similaires ayant pour objectifs d’assurer la protection de l’habitation concernée et des personnes qui l’occupe en cas de sinistre. Cependant la principale différence est le type de logement assuré qu’il s’agisse d’une résidence principale, d’une résidence secondaire ou d’un logement ayant pour but d’être loué à autrui par son propriétaire. Les garanties de ces assurances diffèrent également en fonction de la façon dont s’est produit le sinistre de l’habitation assurée. Ainsi pour améliorer la couverture d’assurance habitation, l’assuré a la possibilité de souscrire à des garanties supplémentaires appelées garanties optionnelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *